07
sep

Journée CLUD : Qui se plaint, qui l'entend ?

"L'expression de la plainte constitue un moment central dans la relation de soin. Elle apparaît comme un temps de communication d'un sujet à un autre, l'expression d'un déséquilibre chez un individu qui demeure dans l'attente d'un rétablissement via l'expression de cette plainte à un autre supposé capable de l'entendre et d'y remédier.
La douleur participe à ce mécanisme avec ce qu'elle contient de subjectivité et de représentation: elle dit ce qui ne se voit pas, elle parle sa propre langue, elle attaque le réceptacle de ce message dans sa position de confort. Le sujet qui se plaint va de plus être différent selon son histoire, son âge, et pour ce qui nous intéresse particulièrement, selon le trouble psychique qui l'affecte.
L'écoute d'un discours évoquant la douleur va donc se fonder sur l'intégration et l'acceptation par le soignant de la particularité clinique du patient.
Cette considération sur la plainte nous conduit naturellement à nous interroger sur sa nature même, sur la personne qui verbalise cette plainte et sur l'autre qui doit l'entendre.
Nous allons ainsi porter notre intérêt sur les tableaux cliniques présentés par les patients que nous rencontrons lors de nos prises en charge psychiatriques afin de considérer avec plus d'attention ce discours douloureux. La plainte douloureuse peut par exemple s'intégrer dans un discours délirant et laisser le soignant dans une position complexe, déstabilisé par ce langage portant sur une autre réalité. Un discours de mort peut aussi apparaître lorsque le sujet vit une douleur telle que le suicide représente l'unique solution pour mettre un terme à cette souffrance. Autre position difficile, l'écoute de la douleur chez le patient souffrant d'addiction qui peut perdre le contrôle de l'usage des traitements antalgiques et dont la douleur peut être sous-estimée voire négligée. La difficulté franchit un pas supplémentaire chez le patient dont la communication est altérée comme dans l'autisme. Enfin, nous devons nous questionner sur le fait de prodiguer des soins palliatifs à l'hôpital psychiatrique à des patients souffrant de troubles mentaux, qui doivent affronter les derniers instants dans un cadre institutionnel et avec des soignants pouvant être ébranlés par cette relation.
Ainsi, en complément des apports théoriques portant sur le phénomène douloureux, l'écoute du patient douloureux apparaît comme un moment clef dans la prise en charge de sa douleur que ce soit pour l'évaluer ou bien-sûr pour la soulager."

Dr Olivier DOUMY
Président du CLUD

 

Programme

Bulletin d'inscription

 

 

Détails

Date

07 septembre 2017

Catégorie évènement

colloque

Lieu

Adresse

CH Charles Perrens - Amphithéâtre - 121 rue de la Béchade CS 81285 33076 Bordeaux

Javascript est requis pour visualiser cette carte.